Aller au contenu

Accessibilité du Web
L'ergonomie avec WAI-ARIA

Guide sur l'utilisation des techniques WAI-ARIA pour offrir une expérience ergonomique enrichie aux utilisateurs aveugles.

Introduction

Le Web 2.0 n’est pas seulement l’utilisation des réseaux sociaux, c’est aussi la multiplication des applications enrichies et hautement interactives procurant des expériences de plus en plus plaisantes et productives aux utilisateurs voyants. Cela se réalise par l’entremise de composants tels qu’un bouton à glissoire, un menu déroulant, une application d’édition, un calendrier ou encore une grille interactive. Ces nouveaux composants jouent des rôles et procurent des interactions qui dépassent les possibilités des composants HTML traditionnels.

Malheureusement les technologies d’adaptation parviennent à peine à accompagner cette évolution et on peut dire qu’aujourd’hui, les utilisateurs aveugles sont encore loin de l’expérience Web 2.0. En effet, dans la plupart des cas, ils n’arrivent ni à accéder ni à interagir avec les composants Web 2.0 sans adaptation.De plus, la simple accessibilité de ces composants n’est pas suffisante pour procurer une expérience digne du « Web 2.0 » aux utilisateurs aveugles, c’est-à-dire, plaisante et productive. Cela dépend de l’accessibilité mais aussi de l’adaptation du Web 2.0 aux utilisateurs aveugles.

Dans cette perspective, le W3C (organisme de standardisation sur le Web) a développé de nouvelles techniques de programmation sous le titre de WAI-ARIA (Web Accessibility Initiative for Accessible Rich Internet Applications). Ces techniques se basent d’une part sur un ensemble de spécifications ajoutées au code html permettant aux logiciels lecteurs d’écran de communiquer davantage d’information à un utilisateur sur une page Web. Les concepteurs peuvent se servir de ces spécifications pour annoncer les rôles, les états, les propriétés et les valeurs des composants Web enrichis et pour expliquer les modes d’opération des composants hautement interactifs. D’autre par, WAI-ARIA prévoit des programmes en javascript mettant en place le mode d’opération par clavier pour les composants interactifs. Il faut considérer que dans la typologie des rôles WAI-ARIA, les composants hautement interactifs sont décrits comme des « applications », et que devant un component de ce type, les lecteurs d’écran procéderont à la désactivation de leurs raccourcis claviers de navigation dans une page Web. L’opération par clavier va donc dépendre entièrement des modes d’opération mis en place par le développeur.

Les différentes solutions mises en place par les techniques WAI-ARIA sont de mieux en mieux prises en charge par les agents utilisateurs récents. Les concepteurs soucieux de l’expérience des utilisateurs aveugles doivent se préparer à s’en servir adéquatement.

Ce guide se propose comme un outil pour aider ces concepteurs en présentant une série de règles de style sur les façons plus ergonomiques d’annoncer de l’information et de mettre en place les modes d’opération par clavier. Ces règles sont classées selon une typologie inspirée de critères ergonomiques de Bastien et Scapin (1995) et font référence au guidage, au feedback, au contrôle, à la cohérence et à la charge de travail des utilisateurs aveugles. Elles sont présentées avec des exemples et des suggestions sur comment les mettre en place en appliquant les technique WAI-ARIA.

Les critères ergonomiques sont présentés dans la prochaine section. Les techniques WAI-ARIA pour leur mise en place sont présentées par la suite.

Les critères ergonomiques pour l’accessibilité via WAI-ARIA

Le guidage

Le guidage rendu possible par les techniques WAI-ARIA concerne l’information qui sera annoncée par le lecteur d’écran en plus de ce qui est déjà écrit sur une page Web. Le but est d’informer l’utilisateur sur le contenu et l’état de l’interface ainsi que sur les modalités d’opération.

Ce groupe de critères touchent différents types de guidage tels que les descriptions, les indications et les instructions :

Les guidages sur le contenu disponible

Ce type de guidage prend la forme de brèves descriptions de ce qui est présenté visuellement sur une page. Celui-ci est très important pour que l’utilisateur aveugle puisse se faire un modèle mental approprié de la page, à partir duquel il va définir et mettre en place des stratégies de déplacement. Les descriptions doivent être concises et faire référence aux zones d’interaction (regroupant un ou plusieurs composants d’interface au service d’une tâche particulière) selon, le niveau d’importance et la séquence d’apparition. En règle générale, ces consignes seront placées en haut de la page et seront lues à chaque fois que le curseur du lecteur d’écran s’y trouve. D’autres consignes seront placées plus loin dans la page tant qu’associées à des composants d’interface associés à une tâche spécifique.

Exemple 1

En haut de page :
« Sur cette page vous pouvez enregistrer un nouveau projet. Elle contient une section d’information résumant les données du projet et un groupe de boutons activant des boîtes de dialogue pour configurer les différents aspects du projet. » Audio – Info du haut de page – PREMIÈRE PARTIE

Technique de mise en place possible : T1 – guidage activé par les touches fléchées

Exemple 2

En haut de page :
« Sur cette page vous pouvez publier une annonce. Elle contient deux zones d'application, la première pour l'édition d'un texte, la seconde pour la détermination de la période de publication de votre annonce. »

Technique de mise en place possible : T1 – guidage activé par les touches fléchées

Exemple 3

En haut d’un composant :
« Cette zone est composé d’un formulaire présentant deux champs de date associés à deux calendriers. » Audio – descriptionEcheancier - DEUXIÈME PARTIE

Technique de mise en place possible : T2 - Guidage activé par la tabulation

Indication de la localisation de l’utilisateur

Les guidages sur le contenu doivent être accompagnés par l’indication de l’endroit où se trouve le curseur du lecteur d’écran par rapport à ce contenu. Cela est particulièrement pertinent lorsque la touche de tabulation déplace le curseur de façon non séquentielle, passant par dessus des composants.

Exemple

« Cette zone est composée d’une zone d'édition et d’un menu de formatage... Vous êtes dans la zone d'édition. » Audio – DescriptionZoneEdition - DEUXIÈME PARTIE

« Vous arrivez à une zone vive où les données des nouveaux projets sont mises à jour à mesure que vous les modifiez… » AUDIO – Zone vive page principale – première partie

Techniques de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Indication de l’état par défaut d’une transaction

Associée au guidage sur les contenus disponibles, il y a l’idée de donner à l’utilisateur aveugle une indication de la valeur par défaut d’une transaction, comprise par une série d’entrées individuelles. Ainsi l’utilisateur aveugle aura les mêmes possibilités qu’un utilisateur voyant d’accepter cette série de valeurs ou de déclencher une transaction pour les modifier.

Exemple

« Éditer l’échéancier. Bouton ouvrant la boîte de dialogue de l'échéancier de votre projet. Par défaut, un projet commence aujourd’hui pour une durée d’un an. Pour accepter ces dates et passer à la section suivante faites tabulation. Pour modifier ces dates appuyiez sur Retour. Audio : Valeur default transact

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Indication de l’état actuel des composants dynamiques

Lorsqu’il s’agit de composants pouvant assumer différentes fonctions, le guidage doit éclaircir l’utilisateur aveugle sur l’état ou le mode actuel de ce composant.

Exemple

« Mode d’édition » pour indiquer l’état d’une cellule en mode d’édition sur un tableau interactif;

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Description du rôle particulier des composants

Ce guidage s’applique lorsque le rôle d’un élément diffère de son usage normal au niveau de la spécification HTML et que la simple information sur le nouveau rôle assigné par WAI-ARIA ne suffit pas à la compréhension de son utilisation dans un contexte particulier.

Exemple

« Total par professionnel. Cellule non éditable. Valeur calculée en fonction des valeurs inscrites sur cette ligne. » Audio – indicationValeurNonEditable

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Descriptions du comportement d’un composant dynamique

Ce guidage s’applique lorsqu’un élément présente un comportement dynamique.

Exemple

Sur une grille interactive :
« Zone d’entrée du budget de votre projet… Elle est composée d’un tableau dynamique permettant l’ajout de lignes par type de ressource. Entrez des valeurs numériques dans les cellules éditables. Les totaux sont affichés de façon automatique dans la dernière colonne et la dernière ligne. À l’origine le tableau comporte une ligne. Pour ajouter des lignes pressez sur le bouton ajouter une ligne au tableau. » Audio- descriptionGrid

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Instructions sur le mode d’opération

Le guidage doit annoncer à l’utilisateur les raccourcis clavier associés à l’opération d’un composant. En particulier, il faut respecter le critère ergonomique définissant la séquence d’informations sur ce type de guidage : d’abord l’objectif de l’action, ensuite le mode d’opération.

Exemples

Sur une boîte de dialogue :
« Application : Zone d’édition du résumé de votre projet. Les seules déplacements permis se font avec la touche de tabulation et toutes autres fonctions de lecture sont désactivées ». Audio – DescriptionZoneEdition–PREMIÈRE PARTIE.

Sur un tableau :
« 1. Pour vous déplacer entre les cellules utilisez les touches fléchées ou la tabulation. 2. Pour sortir du tableau, faites contrôle plus tabulation. 3. Pour activer et pour valider une cellule éditable faites Retour. »

Sur une zone d’édition :
« Pour accéder au menu, utilisez Majuscule plus Tabulation. Pour revenir à la zone d'édition, faites Tabulation. » Audio – Champs d’édition – DEUXIÈME PARTIE.

Sur une zone vive :
« Pour accéder à la zone d’application contenant les boutons de configuration des différents aspects des projets faites tabulation ». AUDIO – Zone vive page principale – deuxième partie

Sur un tableau interactif :
« Pour ajouter une nouvelle ligne faites Retour. Pour connaître les totaux par type de dépense faites tabulation ou flèche droite. "

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Consignes sur le guidage :

Il s’agit d’annoncer combien de consignes seront données et de les numéroter dans le cas où elles sont nombreuses.

Exemple

« Voici 3 consignes. 1. Lorsque le lecteur d'écran annonce une zone d’Application, faites Tabulation pour l’activer. 2. Pour répéter les consignes d’une zone d’application, faites contrôle plus F2. 3. Pour activer et désactiver l’ensemble des instructions, faites contrôle plus F1. »

Technique de mise en place : [T1 – guidage activé par les touches flèchées] et T2 - Guidage activé par la tabulation


Le feedback

L’information de feedback est essentielle pour la mise à jour des modèles mentaux des utilisateurs aveugles à propos des interfaces dynamiques.

Indication sur les changements d’état des composants

Lorsqu’un composant change d’état ou de mode (en réponse aux actions de l’utilisateur ou d’un agent externe), le guidage doit éclaicir l’utilisateur aveugle sur ces changements.

Exemple

« Mode d’édition! » sur une cellule d’un tableau interactif pouvant passer d’un mode de présentation à un mode d’édition

Technique de mise en place : T3 – Annonciateur

Feedback structurel

Le but du feedback structurel est de donner de l’information sur le nouvelle constitution d’un composant en réponse à une action de la part de l’utilisateur aveugle, lui permettent ainsi de mettre à jour son modèle mental de la page.

Exemple

Après avoir réalisé l’ajout d’une nouvelle ligne sur un tableau dynamique, le système annonce : « Nouvelle ligne ajoutée. Ligne 2 ». Audio – feedbackAjouterLigne

Technique de mise en place : [T3 – Annonciateur]

Feedback de transaction

Ce critère est en lien avec celui du guidage sur l’état par défaut d’une transaction. Il s’agit de donner à l’utilisateur aveugle une confirmation de la valeur d’une transaction, composée par une série d’entrées individuelles, telle que complétée par l’utilisateur.

Exemple

Après avoir soumis une série de formulaires avec les donnés sur un projet, le système annonce un résumé des principales entrées individuelles réalisées.

Technique de mise en place : T3 – Annonciateur


Le contrôle

Pour offrir une expérience enrichie aux utilisateurs aveugles sur une page Web, il est important de leur donner le contrôle sur le guidage additionnel ainsi que sur d’autres ressources d’adaptation existantes (ex. chemins de tabulations alternatifs, arrêts de tabulation additionnels, etc.).

Contrôle sur l’information d’accessibilité

En fait, une fois que l’utilisateur a mémorisé la structure d’une page, les titres et les étiquettes seront suffisants pour permettre son opération. Toute autre information additionnelle peut représenter une surcharge cognitive. L’utilisateur aveugle habitué pourra donc être plus productif sans guidage ou arrêts de tabulation additionnels, tout en demandant, au besoin, le guidage sur un composant spécifique.

Exemple

« Pour activer et désactiver l’ensemble des instructions, faites contrôle plus F1. » Audio – Info du haut de page – DEUXIÈME PARTIE

Annoncer « Instructions activées » ou « Instructions désactivées » suite à la commande d’activation des ressources d’accessibilité Audio – Info du haut de page – DEUXIÈME PARTIE

Technique de mise en place : T5 – Commutateur d’accessibilité + T3 – Annonciateur

Note : L’application de ce principe propose qu’à l’exception de l’annonce du commutateur d’accessibilité, toute autre information additionnelle et toute autre ressource d’adaptation soient désactivées lors du chargement de la page.

Répétition du guidage

Une page Web proposant une expérience enrichie à un utilisateur aveugle doit lui permettre de commander la répétition des instructions. Cette fonction doit s’exécuter indépendamment de l’état actif ou non actif des ressources d’adaptation. Le raccourci clavier « Ctrl + F2 » est suggéré.

Exemple

« ... Pour répéter les instructions d’une zone d’application, faites contrôle plus F2. » Audio – Info du haut de page – DEUXIÈME PARTIE

Technique de mise en place : T6 – Répétiteur de guidage

Guidage rythmé

Il s’agit de respecter les limites de la mémoire de travail de l’utilisateur aveugle. Une page Web proposant une expérience enrichie à un utilisateur aveugle répartit les consignes sur des éléments accessibles par les touches fléchés ou par la tabulation. Cela lui donne le contrôle sur la lecture des descriptions et instructions de guidage.

Exemple

Distribuer des paragraphes de guidage accessible par les touches fléchés avant un composant complexe.
Arrêt 1 - « Vous approchez d’un tableau présentant des cellules éditables et des cellules d'addition automatique de vos dépenses. »
Arrêt 2 - « Voici 3 consignes : 1. Pour vous déplacer entre les cellules utilisez les touches fléchées ou la tabulation. 2. Pour sortir du tableau faites contrôle plus tabulation. 3. Pour activer et pour valider une cellule éditable faites Retour.

Techniques de mise en place : T4 – Arrêt de tabulation

Exemple

Sur une boîte de dialogue, mettre le premier arrêt de tabulation en haut d’une boîte et non sur le premier champ ou objet sensible. Cela permettra à l’utilisateur aveugle dans un premier temps d’écouter le guidage descriptif de la boîte de dialogue.

Note : il faut noter que cet exemple est en contradiction avec la règle ergonomique d’utilisabilité qui préconise de déplacer le focus automatiquement au premier objet sensible d’un formulaire ou d’une boîte de dialogue. Le commutateur d’accessibilité (technique T5), représente une façon de trouver un compromis entre l’accessibilité et l’utilisabilité.

Techniques de mise en place : T2 – Guidage activé par la tabulation

Exemple

Dans des menus, lorsque le menu est déroulé et qu’on se déplace vers un menu suivant ou précédent, le système devrait positionner le curseur sur le titre du panneau activé au lieu de passer directement à un item sur ce panneau. Le même comportement est attendu des panneaux avec onglets et des accordéons. Pour ceux-ci, il faut toutefois confirmer l’état « actif » ou « ouvert » du composant. Audio – Déplacements menu formatage

Techniques de mise en place : T2 – Guidage activé par la tabulation


La cohérence

Il est important d'être cohérant dans les décisions de conception de façon à ce que les utilisateurs aveugles puissent réutiliser les modèles mentaux à propos de la structure et du mode d’opération des composants. Ce critère s’applique particulièrement aux modes d’opération par clavier qui permettent d’activer des fonctions ou de se déplacer entre les composants individuels (un bouton) ou encore entre les éléments qui constituent une zone d’interaction (une zone d’édition associée à un menu de formatage).

Modes d’opération prévisibles

Les modes d’opération doivent être compatibles avec les modèles et modes d’opération usuellement définis par les différentes plateformes.

Exemples

Sur une boîte de dialogue : la tabulation ne doit jamais faire sortir le curseur du lecteur d’écran d’une boite de dialogue modale

Sur un tableau : l’utilisateur peut se déplacer entre les cellules, rangées et colonnes avec les touches fléchées et la tabulation

Modes d’opération cohérents

Tous les composants d’un même type sur un site Web doivent proposer les mêmes modes d’opération.

Exemple

Tous les boutons peuvent être activés par la barre d’espace


La charge de travail

Il s’agit de réduire à un minimum possible la charge perceptive et physique des utilisateurs aveugles.

Déplacement direct aux composants principaux

Dans une zone d’interaction formée par plusieurs composants, les déplacements doivent positionner le curseur directement sur son composant principal, sautant par dessus les composants secondaires (concernés par des actions optionnelles). Ce type de déplacement devrait être précédé par une description du contenu disponible et suivi d’une indication de la localisation de l’utilisateur.

Exemple

Sur une zone d’édition : le curseur du lecteur d'écran est envoyé directement à la zone d’édition passant par dessus le menu de formatage.

Instructions sélectives

Il s’agit d’utiliser le guidage pour filtrer le nombre d’options disponibles. Ainsi, dans une interface trop riche, le guidage sonore pour l'utilisateur aveugle ne portera que sur les actions les plus importantes.

Exemple

Sur un composant de type calendrier, où il y a un nombre trop important de raccourcis, ne présenter que les raccourcis clavier pour se déplacer entre les jours et les mois, sélectionner une date et fermer le calendrier, en laissant tomber les déplacements entre les mois et les années. Audio- instructionsCalendrier

Instructions opportunes

Il est judicieux que le guidage soit court, objectif et précis. Il ne doit fournir que l’information dont l’utilisateur aveugle a besoin et ce, exactement au moment où il en a besoin. Si un composant présente deux ou trois modes d’opération, le guidage ne doit annoncer que les actions dont l’utilisateur a besoin pour le mode en cours.

Exemple

Sur un tableau interactif, le guidage sur le format de la date à entrer n’est présenté qu’au moment où le champ est passé en mode d’édition. « Date de début…. Entrez une date dans le format mm/jj/aaaa». Audio – instructionsOpportunes

Technique de mise en place : T2 - Guidage activé par la tabulation

Guidage non répétitif

Il faut faire attention à ce que les annonces sonores ne soient pas répétitives, comme par exemple lorsque des items en séquence partagent les mêmes propriétés. Par ailleurs, on ne doit pas annoncer via une spécification WAI-ARIA ce qu’un lecteur d’écran annonce déjà, par exemple dans le cas des en-têtes d’un tableau.

Les techniques ergonomiques WAI-ARIA

Les exemples concernant le guidage, le feedback, le contrôle et la charge de travail peuvent être mis en place à partir d’un nombre limité de nouvelles techniques WAI-ARIA :

T1 – Guidage activé par les touches flèchées

Introduire un paragraphe (non sélectionnable par tabulation) avec le contenu du guidage placé dans la page, mais physiquement hors écran (left : -9999px). Il sera invisible à l'utilisateur voyant mais son contenu sera lu par le lecteur d'écran lorsque l’utilisateur aveugle ou malvoyant accède à la balise html du paragraphe par le moyen des touches fléchées.

T2 - Guidage activé par la tabulation

  1. Mettre en place un paragraphe invisible (display="none" ou visibility="hidden") de façon à qu’il ne soit jamais lu directement par le lecteur d’écran. Ajouter à ce paragraphe le texte de guidage et lui attribuer une identité unique (id=”id_paragraphe").
  2. Il doit être ajouté à une section <div> mise en place spécialement pour recevoir les paragraphes invisibles destinés au guidage.
  3. Définir la balise du composant auquel le guidage s'applique comme sélectionnable par tabulation (tabindex="0"). Y ajouter l’attribut « aria-describedBy » pointant vers le paragraphe invisible contenant le texte de guidage. L’accès à cette balise par le moyen de la touche de tabulation provoquera la lecture du contenu du paragraphe invisible à cause de l’attribut « aria-describedBy ».

T3 – Annonciateur

Introduire un paragraphe invisible (voir technique T1) avec le rôle d'un journal poli et sensible aux mises à jour (role="log" aria-live="polite" aria-relevant="additions"). Mettre en place un programme javascript ajoutant des consignes au paragraphe invisible, ce qui provoquera l'announce des consignes par le lecteur d'écran. Ce paragraphe doit être vidé quelques secondes après que les annonces soient lues par le lecteur d’écran.

T4 – Arrêt de tabulation additionnel

Il s’agit d’une spécialisation de la fonction T2 (Guidage activé par tabulation), dans laquelle on définit une balise vide comme étant sélectionnable par tabulation (à l'étape 3). Distribuez quelques arrêts de tabulation avant un composant complexe pour en expliquer la fonction et donner le contrôle du guidage à l’utilisateur.

T5 – Commutateur d’accessibilité

Mettre en place un programme en javascript filtrant l’événement clavier Ctrl+F1. Selon le contexte, il va :

  • Activer et désactiver tous les guidages (activés par la tabulation et par les touches fléchées). Cela peut se faire par :
    • l’ajout et la suppression de la propriété CSS display="none" ou visibility="hidden" des paragraphes placés hors écran ;
    • l’ajout et la suppression des attributs « aria-labelled » et « aria describedBy » pointant ver les paragraphes invisibles ;
    • Note : Il faut observer que le guidage sur le commutateur d’accessibilité lui-même, ainsi que les différents types de feedback, ne doivent jamais être désactivés;
  • Activer et désactiver toute autre ressource d’accessibilité éventuellement existante, comme les chemins de tabulation alternatifs et les arrêts de tabulation additionnels.
  • Utiliser la technique T6 (Répétiteur de guidage) pour annoncer à l'utilisateur aveugle l’état actif ou inactif des ressources d’accessibilité;

T6 - Répétiteur de guidage

Mettre en place une fonction annonciateur (technique T3) : paragraphe caché, hors écran avec le rôle "log" et l’attribut "aria-live=polite";

Mettre en place des lignes de code en javascript filtrant l’événement « Ctrl+F2 » et ajoutant de l’information à répéter au paragraphe annonciateur, dépendamment du composant à l’origine de cet événement. Ce paragraphe doit être vidé quelques secondes après que les répétitions soient lues par le lecteur d’écran.

Conclusion

Les techniques WAI-ARIA permettent la mise en place de l’information additionnelle et de l’opération par clavier pour les composants Web enrichis et interactifs.

Ce guide présente des règles de style pour rendre ces informations et ces modes d’opération plus ergonomiques, c.-à-d. plus adaptés aux habilités et limitations des utilisateurs aveugles dans les interactions avec des pages Web enrichies. Ces règles concernent le guidage, le feedback, la cohérence, le contrôle et la charge de travail des utilisateurs aveugles.

Parmi les règles et fonctions ici proposées, on met de l’avant celles concernant le contrôle de l’utilisateur sur les ressources d’accessibilité : le commutateur d’accessibilité, le répétiteur d’information et les arrêts de tabulation additionnels. Ces mécanismes permettraient aux utilisateurs aveugles d’activer, désactiver, répéter et contrôler le rythme du flux d’information. La possibilité d’activer et de désactiver les ressources d’accessibilité, en particulier les points d’arrêt additionnels, permet de penser à des formes encore plus effectives d’adaptation, au-delà de celles proposées dans ce guide. En effet, comme les ressources d’accessibilité sont désactivées face à un utilisateur ayant une vision normale (état par défaut), les concepteurs auraient plus de latitude pour adapter les comportements des composants aux besoins des utilisateurs aveugles.

Il faut finalement mentionner que la charge de travail pour développer les techniques au service d’un guidage ergonomique est, à l’heure actuelle, assez importante et donc difficilement réalisable pour un développeur Web. Cependant, nous croyons qu’il est possible de s’approcher de l’objectif de ce projet en développant des composants réutilisables qui mettent en place les techniques au service des principes suggérés dans ce guide. À l'aide d'une interface de configuration ergonomique, la tâche des développeurs Web soucieux de l’expérience des utilisateurs aveugles pourra ainsi se limiter à saisir les consignes et les identifiants (id) des éléments à propos desquels porterait le guidage.

Il faut mentionner enfin que les personnes mal voyantes ne peuvent pas toujours profiter des guidages ergonomiques proposés dans ce guide car, à l’heure actuelle, certains outils de grossissement (ex. ZoomText) ne prennent pas en considération les spécifications WAI-ARIA. Il s’agit d’une lacune importante car, de toute évidence, l’association du grossissement avec le guidage ergonomique pourrait être très fructueuse. On peut imaginer un mode alternatif où les informations d’accessibilité seraientt affichées visuellement à l’écran, au lieu d'annoncées par un lecteur d’écran. En effet, cela pourrait être objet d'un nouveau guide INLB sur l'accessibilité et l'ergonomie avec WAI-ARIA s'adressant aux utilisateurs mal voyants en particulier. À suivre!

Références

  1. Accessible culture, Not All ARIA Widgets Deserve role="application", (http://accessibleculture.org/articles/2011/02/not-all-aria-widgets-deserve-role-application/), visité en février 2014.
  2. Bertet, P. Introduction à WAI-ARIA (traduction), (http://www.lesintegristes.net/2008/12/09/introduction-a-wai-aria-traduction/), visité en février 2014.
  3. Bastien, J.M.C. and Scapin, D.L. 1995, Evaluating a user interface with ergonomic criteria. International Journal of Human-Computer Interaction, 7, 105-121
  4. Cybis, W. A., & D'Amour, J.-M. (2011). Test de performance des attributs et roles WAI-ARIA. Longueuil, CA: Institut Nazareth et Louis-Braille.
  5. Sax, E. WAI-ARIA: Information & examples (http://wai-aria.punkchip.com/), visité en février 2014.
  6. The Paciello Group Blog, http://blog.paciellogroup.com/author/admin/, visité en février 2014.
  7. W3C. WAI-ARIA 1.0, Authoring Practices (http://www.w3.org/TR/wai-aria-practices/), visité en février 2014.
  8. W3C. WAI-ARIA 1.0, Using WAI-ARIA in HTML (http: www.w3.org/TR/aria-in-html), visité en février 2014.